Le site pour tout savoir sur les formations !

Avoir une bonne formation est essentielle. Nous vous proposons de vous informer sur la formation que vous désirez en vous présentant celle-ci en détails. Comment y accéder, à quels métiers peut on prétendre ensuite, quel sera mon salaire ? C'est un ensemble de questions auxquelles nous répondons et encore beaucoup plus.



Formation couture

Vous avez la passion de la couture, vous aimez confectionner des vêtements et retoucher des habits. Vous souhaitez approfondir vos connaissances ? Vous pouvez choisir une formation de couture, qui améliorera vos aptitudes théoriques et techniques et vous montrera les débouchés de ce métier ancestral et toujours recherché.

Améliorer ses connaissances avec une formation de couture

Intégrer une formation de couture dans le monde du textile

Par définition, le couturier joint deux pièces ou plus de textile entre elles. Sa formation de couture lui permet de le faire manuellement, en utilisant une aiguille ou à l’aide d’une machine à coudre. Il élabore ou il répare des vêtements, du linge de maisons et des éléments de décoration. Il peut donc travailler dans le secteur de la broderie (nappes, mouchoirs, rideaux…) ou dans celui de la maroquinerie (chaussures, sacs…). Le textile et l’habillement sont deux domaines différents: le premier transformant en tissus les fibres naturelles ou chimiques, le deuxième transformant le tissu en articles prêt à l’usage.

Le secteur de l’habillement est celui qui propose le plus grand nombre d’emplois. Le couturier pratique son métier en créant ou en retouchant les vêtements des particuliers, les tenues professionnels des employés des organismes publics ou privés (dans les secteurs militaires, les transports en commun, les hôpitaux, les hôtels ou les voiries…), mais il intervient aussi sur les costumes spécifiques des théâtres ou dans la confection des collections des grands couturiers. On le retrouve également dans des manufactures où il assemble des produits aussi divers que des tentes, des cerfs-volants, des sacs, des harnais. Le secteur de l’habillement est constitué majoritairement de PME qui emploient de 10 à 20 salariés. Les teintureries et les boutiques de vêtements sont une autre voie de débouchés. Enfin, certains préfèrent travailler à leur compte et s’installent chez eux ou dans leur boutique. Ils s’assurent un portefeuille de clients fidèles et la sous-traitance de certaines commandes d’autres PME. La grande majorité des salariés est titulaire d’un CAP lié aux métiers de l’habillement. Toutefois, de nombreuses formations en école privée permettent d’acquérir une solide connaissance, souvent reconnue comme une réelle formation de couture.

Le CAP Métiers de la mode, vêtement flou 

À ce jour, la majorité des professionnelles sont titulaires d’un CAP couture flou. Ce terme de « couture flou » désigne les méthodes d’élaborations de vêtements souples et déstructurés (type chemisiers, habits d’enfants, vêtements d’intérieur…), par opposition aux vêtements plus complexes comme les tailleurs. Notez que ce diplôme d’Etat, de niveau 5, réalise cette année son dernier cycle. Il sera remplacé lors du cycle scolaire 2012-2013 par le CAP Métiers de la mode, vêtement flou.

  • Niveaux d’entrées demandés : pour les plus jeunes, après la 5ème, 4ème ou 3ème ou après un CAP ou un BEP. Pour les adultes, après la 3ème ou attester d’une première expérience professionnelle. Notez que pour les élèves de niveau 5ème et 4ème, le CAP se déroulera sur 3 ans, une année de plus que pour les autres inscrits.
  • Les stages : le programme inclut un stage professionnel de 6 semaines, durant la première et la deuxième année.
  • Le programme d’étude : cette formation de couture se dispense sur une moyenne de 33 heures par semaine dont un peu moins de la moitié est dédié à l’enseignement professionnel et technologique. Les matières générales sont : le français, l’histoire et la géographie, les mathématiques, les sciences physiques et chimiques, l’éducation civique et l’éducation physique et sportive. Les matières spécifiques sont : études de la prévention, de la santé et de l’environnement, analyse et exploitation des données esthétiques et techniques, mise en œuvre de la fabrication de tout ou partie d’un vêtement.
  • Les compétences acquises : le titulaire du CAP Métiers de la mode, vêtement flou intervient dans la construction du vêtement, lors de la prise des mesures, lors de la coupe du tissu et lors de son assemblage.
  • Les débouchés : dans les sociétés de prêt-à-porter pour le moyen et le haut de gamme, dans celle de production artisanale et dans le monde de la haute couture.
  • Les types de formations pour la validation du diplôme : pour les adultes, en formation continue ou par la validation des acquis ; pour les moins de 26 ans, en formation à plein temps, en contrat d’apprentissage (alternance et avoir plus de 16 ans) et en contrat professionnel.

103 établissements en France préparent à cette formation de couture, dont 1 établissement médico-social et 8 en apprentissage

Formation de couture: les autres options

  • Le MC Essayage-retouche-vente : Il se prépare en une seule année et permet au titulaire de conseiller les clients, de dresser une fiche technique et d’estimer les coûts. Celui-ci peut procéder aux travaux de retouches.
  • Le CAP Métier de la mode, vêtements tailleur: C’est le diplôme qui complète le CAP Métier de la mode, vêtement flou, mais qui permet d’acquérir les connaissances nécessaires à la réalisation d’un habit à structure complexe. 14 établissements, seulement, dispensent cette formation en France.
  • Le CAP de broderie : C’est beaucoup moins connu, on compte une cinquantaine d’élèves chaque année. Le diplôme se prépare dans 6 établissements en France, dont 3 avec la dominante broderie à la main, 1 avec la dominante broderie automatisé et 2 avec la dominante broderie sur machine.
  • Les autres CAP à considérer : Le CAP Arts de la dentelle, le CAP arts du tapis et de la tapisserie de lisse, le CAP mode et chapellerie sont des diplômes où l’on dénombre moins d’une trentaine de candidats chaque année, considérés comme des niches commerciales à cause des débouchés limités.

Pour tous ces diplômes, le ministère de tutelle est le ministère de l’Éducation nationale, de la Jeunesse et de la Vie associative.

La tendance du marché est à la hausse des qualifications, les personnes douées d’un don créatif et sachant travailler avec rigueur sont donc plus recherchées. Elles auront tout intérêt à enrichir leur formation de couture, en recherchant des diplômes sélectifs :

  • Le bac pro Métiers de la mode-vêtements : Il prépare des agents de production qui sauront surveiller et contrôler toutes les étapes de la fabrication des vêtements. Is travaillent en collaboration avec la modéliste et savent programmer les machines pour lancer une production.
  • Le brevet de technicien supérieur d’arts appliqués (BTS, niveau bac +2)
  • Le diplôme supérieur d’arts appliqués, écoles spécialisées (DSAA, équivalent à bac +4) : Il est sans doute le must du must, il ouvre les portes des ateliers les plus renommés.